Cover

Clichés

Clichés raconte l’histoire de personnes qui, un jour, ont décidé de s'engager pour elles et pour les autres. Dans chaque épisode, on découvre le déclic qui a conduit des gens ordinaires à aider les autres et à rendre leur vie extraordinaire. Clichés est présenté par Sophie Alex-Bacquer, intrapreneuse au sein de 21, l’Accélérateur d’Innovation Sociale de la Croix Rouge française.

Tous les épisodes

  • 13.07.2020
    77 MB
    32:15
    Cover

    Brice Laurent, le fils de coeur

    «Je tombe d’un coup au fond de mon canapé. Je ne trouve pas de sens.» Brice Laurent est directeur artistique. Il dessine, écrit et crée du contenu pour des entreprises, des associations ou des projets en construction qui le font vibrer: «Mon métier c’est assez particulier parce que, j’ai conscience que ce que je fais n’aurait aucun impact si je ne le faisais pas pour des gens qui eux, ont de l’impact». Il y a quelques mois, à l’hiver 2019/2020, il était au plus mal: «Je suis comblé au niveau du travail, mais dans ma vie perso, il y a quand même un vide». Il est «abattu» par toutes les épreuves qu’il a vécu les mois et années précédentes et qu’il nous raconte dans cet épisode. Brice Laurent n’est pas bénévole, salarié ou étudiant de la Croix Rouge mais il est engagé. Il incarne les vulnérabilités et l’engagement dont il a été question dans tous les épisodes de ce podcast. Nous vous partageons son histoire parce qu’elle est à la genèse de la réflexion de Sophie Bacquer. C’est elle qui a créé le projet Clichés qui au-delà d’un podcast est un projet européen sur l’engagement et les vulnérabilités. C’est ensuite Brice Laurent qui lui a permis de donner vie à ce projet en créant tout son univers visuel. C’est également cette expérience qui lui a permis de sortir de sa torpeur: «On monte les concepts comme ça, par des sms, des coups de fil, on s’entend tellement bien sur pourquoi on veut faire ce projet. À changer l’idée de ce qu’on se fait de la solidarité «ah tenez je vous donne dix centimes», un peu misérabiliste. Et puis, voilà, on veut vraiment donner une dimension pleine d’énergie et de possibles autour de ce que c’est de venir en aide, de repartir à l’action alors qu’on […] se sentait incapable». L’une des idées premières est de montrer qu’agir permet d’aider les autres mais permet aussi souvent de se sauver soi-même. La vie de Brice Laurent, les épreuves physiques et psychologiques permettent de mettre en lumière comment, même lorsque que l’on se dit « je suis plus une personne, voilà. Je suis 80% d’une personne » il est toujours possible d’agir. Sophie Bacquer a créé le projet Clichés avec Brice Laurent et c’est l’un des projets d’une vie. Sophie Bacquer est l’une des quatre lauréates intrapreneur de 21, l’accélérateur d’innovations sociales de la Croix Rouge. À la fin de cette première saison, nous voulions tou.te.s vous remercier sincèrement pour votre écoute. C’est aussi de cette manière que vous nous soutenez. Merci à Charles-Olivier, Sabrina, Thibaut, Isabelle, Maha, Colette, Marion, Perrine, Simon et Brice. Merci également à toutes les personnes qui ont répondu à nos questions, qui se sont livrées à nous ces dernières... See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    ...plus
  • 13.07.2020
    43 MB
    18:11
    Cover

    Simon Doreille, briseur de tabous

    Baigner dans une culture qui nous est complètement inconnue, combattre ses propres préjugés, faire preuve de sensibilité pour partager son savoir-faire et accompagner des sociétés nationales qui viennent en aide aux populations locales, c’est la mission de Simon Doreille. Référent technique au Moyen-Orient pour la Croix-Rouge française, il assure la coordination et la cohérence des interventions techniques en matière d’eau, d’hygiène et d’assainissement lors de catastrophes humanitaires ou de conflits. Ingénieur de formation, il s’est tourné vers l’humanitaire en 2010. « Je me suis dit que je voulais travailler dans l’humanitaire. Voir un peu de pays, redonner un peu de ce que je pouvais recevoir. Je me suis dit que j’allais faire ça pour six mois, et donc j’ai postulé à toutes les offres d’emploi que je trouvais dans l’humanitaire. » (2’14) Sa première mission: le Pakistan, à la suite des inondations de 2010 qui ont fait plus de 1600 morts.Neuf ans plus tard, il est toujours en mission. Actuellement basé au Liban, il appuie les sociétés nationales - le Croissant-Rouge syrien, le Croissant-Rouge irakien et la Croix-Rouge libanaise. « Quand il y a une catastrophe humanitaire, là celle qu’on a en ce moment, on a en trois: la guerre civile en Syrie, l’instabilité et la guerre en Irak et le Covid. Donc quand il y a ces évènements, c’est s’assurer que la population a accès à une eau potable de qualité, s’assurer qu’on gère les déchets - les déchets, ça peut être les cacas ou les poubelles solides - et mettre en place des mesures d’hygiène que les gens les appliquent pour éviter que les épidémies se répandent dans ces contextes qui sont souvent un peu précaires. » (7’30)Au cours de son engagement, il s’est rendu compte qu’il y avait plusieurs tabous à briser, dont celui des menstruations. Avec une approche participative, il organise des ateliers sur l’hygiène menstruelle et souhaite créer un lien avec les communautés avec lesquelles il travaille. « Mon objectif, l’objectif de la Croix-Rouge française et des sociétés nationales avec qui on travaille c’est d’avoir des communautés qui sont aptes à s’aider eux-même. À s’organiser pour être plus fort et résoudre les problèmes qui sont souvent terribles qu’ils ont. On essaye d’éviter le cliché de l’humanitaire blanc qui apporte des choses qui ne sont pas forcément utiles dans un contexte qu’il connaît pas, mais on essaie d’être au plus proche des communautés. » (12’18)Comme Simon Doreille, chaque année, une cinquantaine de Français se joignent aux missions internationales de la Croix-Rouge française pour apporter leur expertise afin de répondre au principe d’humanité, celui de « prévenir et alléger en toutes circonstances les souffrances des hommes ». Clichés est un podcast co-produit par La Croix-Rouge française et Louie Media et présenté par Sophie Bacquer. Nicolas Vair a fait la réalisation et le mixage de cet épisode. Marine Quéméré en a composé la musique. Si vous êtes étudiant.e, salarié.e ou bénévole à La Croix Rouge française et que vous voulez raconter votre histoire autour de votre engagement, n’hésitez pas à nous envoyer un mail à [email protected] See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    ...plus
  • 13.07.2020
    40 MB
    16:47
    Cover

    Perrine Junier, jeune soignante

    Au Québec, l’expression “être une vieille âme” désigne une jeune personne, très mature pour son âge, qui grâce à sa sensibilité et son empathie peut se mettre à la place des autres, les comprendre et les aider. C’est quelqu’un.e, qui dès l’adolescence fait déjà preuve de sagesse et d’humilité.À 18 ans, Perrine Junier se cherche un emploi. Elle devient aide soignante dans un foyer d’accueil médicalisé et s’occupe de personnes en situation de polyhandicap. Dans cet établissement elle se rend vite compte qu’elle doit apprendre toute une autre manière de s’exprimer. « On s’adapte, on adapte notre langage, on adapte nos gestes, parce qu’on communique plus avec les bras, le regard prend toute son importance, le non verbal en fait prend tout son sens. Et le verbal accompagne ce que dit notre corps avec eux » (3’42) Aujourd’hui, âgée de 22 ans, elle suit des études d'infirmière à l’institut de formation de la Croix-Rouge à Quetigny. En France, ils.elles sont près de 20 000 étudiant.e.s qui suivent une formation sanitaire et sociale de la Croix-Rouge. En parallèle, en octobre 2018, elle devient bénévole au sein des maraudes. « Les maraudes c’est une mission de la Croix-Rouge dans lesquelles on va à la rencontre de personnes défavorisées, de sans-abris de personnes dans le besoin pour leur apporter de la nourriture et surtout du lien social. Du coup, on est amené à rencontrer pendant ces maraudes beaucoup de personnes totalement différentes. Ça peut être de jeunes migrants, ça peut être des adultes, des hommes, des femmes, qui sont à la rue depuis 5, 10, 20 ans ou alors qui sont à la rue depuis deux jours et qui ne savent pas comment ils en sont arrivés là.» (8’43) Lors de la crise du Covid-19, elle travaille semaine comme weekend. Malgré la fatigue, elle apporte son soutien et devient stagiaire dans un Centre provisoire d’hébergement (CPH) qui accueille des personnes réfugiées. « Habituellement, il n’y a pas d’infirmier dans ce centre. Avec l’arrivée de la crise sanitaire, ils ont eu besoin de ce regard sanitaire pour qu’on puisse mettre en place des préventions, aider les travailleurs, mais également les personnes accueillies à respecter les bons gestes, une surveillance des symptômes, savoir si oui ou non il y a des personnes contaminées, les risques, les personnes à risques. » (12’52) Avec le Covid-19, la Croix-Rouge française a constaté une hausse de 20% de sans-abris à Paris et de 50% à Rennes. Clichés est un podcast co-produit par La Croix-Rouge française et Louie Media et présenté par Sophie Bacquer. Nicolas Vair a fait la réalisation et le mixage de cet épisode. Marine Quéméré en a composé la musique. Si vous êtes étudiant.e, salarié.e ou bénévole à La Croix Rouge française et que vous voulez raconter votre histoire autour de votre engagement, n’hésitez pas à nous envoyer un mail à [email protected] See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    ...plus
  • 13.07.2020
    43 MB
    18:00
    Cover

    Marion Huot, enquêtrice pour fratries séparées

    Devoir partir de chez soi pour des raisons humanitaires, ça peut signifier laisser sa maison, ses biens et ne partir qu’avec une seule valise. Partir de chez soi ça peut aussi vouloir dire quitter ou perdre ses proches. C’est se demander constamment où se trouve son frère, sa soeur, sa mère, son père. Espérer qu’il.elle.s sont en sécurité, qu’il.elle.s sont encore vivant.e.s. Pour retrouver les membres d’une famille séparée par des guerres, par des catastrophes naturelles ou par la route de la migration, Marion Huot, officier de recherche à la Croix-Rouge française depuis 2018 accompagne les familles dans leurs quêtes. « On va essayer de retrouver les personnes disparues. On s’appuie sur le fait qu’il y la Croix-Rouge ou le Croissant-Rouge dans pratiquement tous les pays du monde et dans chaque pays il y a des personnes comme moi qui travaille pour essayer de retrouver des proches disparus sur demandes des familles. » (2’09) Cela peut être directement les membres d’une famille qui la contactent ou la Croix-Rouge d’autres pays.C’est après un stage d’études en 2015 en Grèce au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugié.e.s qu’elle a voulu s’engager dans l’humanitaire..« En me rendant dans ces camps, je me suis retrouvée face à quelque chose dont je n’étais pas forcément préparée. Je me souviens de ce camp qui était en périphérie d’Athènes. C’était des rangées et des rangées d’Algeco, de petits appartements préfabriqués où les familles s’entassent. Et en plein soleil, le sol était du goudron, c’était au milieu d’une zone industrielle. C’était vraiment marquant comme vision, et on se demande si on est en train vraiment de les accueillir d’une manière digne et de leur proposer quelque chose pour le futur.» (6’03) Marquée à vie par cette expérience, elle réussit à convaincre l’administration de son école et part aider un centre de dons à la « Jungle de Calais », où se trouvent plusieurs camps de réfugié.e.s en France.Elle intègre par la suite l’équipe de la Croix-Rouge française et devient volante en zone Haute-France, c’est-à-dire qu’elle se déplace dans la région pour faire des entretiens avec ceux.celles qui souhaitent retrouver les membres de leur famille. Certaines rencontres ont été très touchantes, dont celle d’un adolescent de 16 ans qui a perdu la trace de sa famille à l’âge de 11 ans en quittant l’Afghanistan. « Pendant l’entretien, je lui ai aussi proposé de publier sa photo sur le site internet “Trace The Face”, un site qui a été créé par la Croix-Rouge pour que justement les personnes qui sont à la recherche d’un proche publient des photos à elles en disant: “voilà je suis à la recherche de mon père, de mon frère, etc. Il a donc accepté et on a publié sa photo.” » (12’16)Comme Marion Huot qui travaille sur plus de 200 dossiers de recherches, ils.elles sont plusieurs à collaborer au sein des équipes des 191 pays où se trouvent la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge pour réunir ces familles qui ont quitté leur pays natal.Clichés est un podcast co-produit par La Croix-Rouge française et Louie Media. Il est présenté par Sophie Bacquer. Nicolas Vair a fait la réalisation et le mixage de cet épisode. Marine Quéméré en a composé la musique. Si vous êtes étudiant.e, salarié.e ou bénévole à La Croix Rouge française et que vous voulez... See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    ...plus
  • 13.07.2020
    42 MB
    17:51
    Cover

    Colette Biot, humanitaire en milieu rural

    Lorsque l’on rencontre quelqu’un.e, l’une des premières questions qui est souvent posée est « et toi, tu viens d’où? » Pour certain.e.s, cette question peut-être banale ou même agaçante, mais pour d’autres, elle génère un sentiment de fierté et permet à la personne de parler affectueusement du lieu où il.elle a vécu. C’est le cas de Colette Biot, 78 ans. Depuis huit ans, elle tient les rênes de la mission itinérante Croix-Rouge sur Roues qui se promène de villages de villages dans sa région natale, la Haute-Saône.Photographe professionnelle pendant 35 ans, Colette Biot a toujours sillonné les routes de son département pour capturer des instants importants de la vie des gens comme les mariages, ou les photos de famille. En 2003, elle prend sa retraite et se tourne vers le dessin. Mais, elle se rend vite compte qu’il lui manque le contact humain. « La photo, on partageait avec des clients, mais le dessin, j’avais pas grand-chose à partager en fait, c’était tourné vers moi. Donc j’ai décidé qu’il fallait que je donne un peu de sens à ma vie. Et à c’est à ce moment-là, j’ai vu un avis dans la presse quotidienne de la Haute-Saône que l’on cherchait des bénévoles à la Croix-Rouge. Alors je me suis dit “ chic je vais vite aller me présenter ”. » (5’21) Dès la première rencontre, elle s’engage auprès de l’organisation et devient bénévole.Elle suit des formations, puis devient responsable de l’action sociale. En 2012, elle met sur pied la mission Croix-Rouge sur Roues dans son département. « On créait un dispositif qui allait à la rencontre des personnes en précarité en milieu rural. Tout de suite ça m’a parlé cette histoire-là, ça correspondait absolument à un besoin dans notre département parce que nous avions dans notre département des antennes fixes dans les villes, dans les bourgs plus importants, mais en milieu rural, il n’y avait rien. Il y avait des tas de villages loin de tout où il y avait aucune possibilité d’interventions des organismes, ils n’allaient pas là. » (7’58) Cette initiative qui vise à couvrir le plus grand territoire possible souhaite aussi briser l’isolement des résidents des coins oubliés de sa région. En plus de l’aide alimentaire et des dons de vêtements, Colette Biot veut instaurer un climat de confiance avec les résident.e.s, qui peuvent, selon elle, être plus réticent.e.s à leur dispositif: « On a un rôle important qui est rompre l’isolement dans les campagnes parce que nous avons affaire à souvent à des personnes âgées, qui vivent seules, qui sont loin de tout, qui n’ont pas forcément de la famille et qui vivent dans une très grande solitude, donc aller vers eux, ben c’est rompre l’isolement, leur apporter quelque chose bien sûr, mais aussi les orienter, les conseillers pour bénéficier des aides sociales. » (14’03) Au fur et à mesure, l’arrivée de cette équipe de bénévoles a réussi à créer un réseau de soutien dans les zones rurales.Loin de prendre sa deuxième retraite, Colette Biot ne se voit pas « vivre sans la Croix-Rouge ». Elle continue de rouler d’un village à l’autre et est heureuse de faire partie du dispositif la Croix-Rouge sur Roues qui vient en aide chaque semaine à plus de 130 familles dans 150 villages. Clichés est un podcast co-produit par La Croix-Rouge française et Louie Media. Il est présenté par Sophie Bacquer. Nicolas Vair a fait la réalisation et le mixage de cet épisode. Marine Quéméré en a composé la musique. Si vous êtes étudiant.e, salarié.e ou bénévole à La Croix Rouge française et que vous voulez raconter votre histoire autour de votre engagement, n’hésitez pas à nous envoyer un mail à [email protected] See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    ...plus
  • 13.07.2020
    42 MB
    17:47
    Cover

    Maha Habib, accueillante en terre étrangère

    Après trois ans à vivre sous les bombardements, Maha Habib a un déclic. Son mari et elle résistent quotidiennement en Syrie, mais qu’en est-il de l’avenir de leur fille ? Comme ils ne voient pas d’issues positives à la situation, ils prennent la décision douloureuse de partir. Ils obtiennent un visa pour la France et sont accueillis par une amie dans la ville de Tours. Mais comme ni elle, ni leur fille, ni son mari n'était jamais venu dans l'hexagone, tout leur semble étranger. « Il y avait quelque chose d’étrange, comme la langue, le système, comment on prend le bus, la géographie, c’était quelque chose qu’on doit apprendre comme les enfants, du début, à zéro. Mais en même temps, j’étais pleine pleine d’espoir, je vais apprendre la langue très vite, je vais commencer ma vie ici, je dois chercher un travail. » (5’17) Elle suit des cours dans plusieurs associations dont la Croix-Rouge française et se démène pour progresser, vite. Après plusieurs mois, cette ancienne pharmacienne veut trouver du travail. Mais pas question de retourner dans son ancienne profession: elle veut aider. Avec l’arabe comme langue maternelle, elle aide à l’accueil des nouveaux.elles arrivant.e.s « Quand j’ai commencé la première semaine, quand le téléphone sonnait, je tremblais. Souvent je ne comprends pas… je dois dire “ Monsieur, vous pouvez parler doucement s’il vous plaît ? Est-ce que vous pouvez répéter s’il vous plaît ? Je n’ai pas compris, je dois passer la communication à ma collègue. ” Et plusieurs fois, il y a des gens qui m’ont dit : “ Pourquoi la Croix-Rouge engage quelqu’un qui ne parle pas le français, et qui ne comprend pas le français ? ” Au contraire, il y a des gens qui vraiment comprennent très bien. Et qui m’ont dit “ ah ok, je répète volontier ”. C’était une expérience assez difficile, assez riche et assez intéressante en même temps. » (10’12)Pour aller encore plus loin dans son engagement, Maha Habib suit une formation en droit humanitaire spécialisé dans les conflits armés: « Avec la Croix-Rouge et pendant les formations, j’ai compris qu’il y avait une loi internationale qui protège les civils les enfants les femmes, tout le monde qui ne participe pas ou plus aux hostilités. C’était vraiment la motive qui m’a donné l’envie de continuer dans ce domaine pour diffuser ces lois pour apprendre et enseigner ces lois à tout le monde. » (16’12)Comme Maha Habib, vous pouvez vous aussi accueillir les nouveaux.elles arrivant.e.s à la Croix-Rouge française et les guider dans leurs premiers pas en France.Clichés est un podcast co-produit par La Croix-Rouge française et Louie Media. Il est présenté par Sophie Bacquer. Nicolas Vair a fait la réalisation et le mixage de cet épisode. Marine Quéméré en a composé la musique. Si vous êtes étudiant.e, salarié. e ou bénévole à La Croix Rouge française et que vous voulez raconter votre histoire autour de votre engagement, n’hésitez pas à nous envoyer un mail à [email protected] See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    ...plus
  • 13.07.2020
    40 MB
    16:54
    Cover

    Isabelle Devillers, cadre de la bienveillance

    Se lever, prendre son café, déjeuner, aller faire ses courses, et toujours avoir cette pensée qui revient en boucle. «Est-ce qu’il y a en un de plus aujourd’hui ? Comment se portent-ils.elles ?» Qu’on ait un. e proche touché. e ou non par le Covid-19, ce quotidien est devenu réalité. Isabelle Devillers, directrice de l’Ehpad de la Croix-Rouge de Marseille, livre dans ce quatrième épisode de Clichés, ses remises en question, les décisions éprouvantes qu’elle a dû prendre ainsi que les réflexions qui l’ont traversée lors de cette crise. Sa principale mission: gérer son établissement de 105 résident.e.s et de 50 salarié.e.s. Le 7 mars, le gouvernement français déconseille toute visite dans les Ehpad. Isabelle Devillers, se retrouve face à un dilemme. Fermer le centre, c’est couper tout contact des résident.e.s avec leur famille. Mais le laisser ouvert, c’est risquer la vie de ses résident.e.s. «J’ai dit “on ferme”. Ça été très dur parce que les familles me sont tombées dessus, en mode “qu’est-ce que ça veut dire, c’est un scandale” [ … ] mais j’avais l’intime conviction que s’il y avait une directive gouvernementale qui nous disait “fortement déconseillé” c’est qu’il arrivait un gros truc. » ( 2’10 )Du jour au lendemain, avec le Covid-19, la situation évolue vite. Pour s’assurer de suivre les mesures gouvernementales et les changements dans son établissement, Isabelle Devillers crée un groupe de messages partagés avec son équipe. Celui-ci permet au personnel de se rapprocher et de partager les inquiétudes qui l’habite. «Pour nous, établissement, et pour moi, en tant que personne, l’annonce du premier cas de Covid, j’avoue que ça été un moment dans ma vie personnelle absolument indescriptible. Une panique, vraiment. Je me suis dit comment je vais faire [ ... ] Il y avait des angoisses qui étaient terribles et fallait que j’y réponde, que je sois à la fois pédagogue, mais ferme aussi sur ma position. C’était particulier. Il fallait que j’aie cette posture de directeur, cette posture d’accompagnante, cette posture d’écoutante et être avec eux.» ( 6’50 )Pour briser leur isolement, une animatrice filme les aîné.e.s et envoie quotidiennement des vidéos aux familles. « Elle a filmé des moments assez incroyables [ … ] elle leur faisait chanter une phrase d’une chanson chacun à leur tour, et j’avoue que quand je regardais ça chez moi le soir, je pleurais comme une nouille devant mon ordi parce que je trouvais ça super émouvant. Je me suis dit : “ ils sont confinés, ils ont des troubles cognitifs et pour autant on leur fait chanter Mon amant de Saint-Jean et c’est parfaitement en place ”. » ( 11’54 )Isabelle Devillers et son équipe continuent de « garder le fort », surnom de l’établissement qui a pris naissance lors de la crise. À l’échelle française, il.elle.s sont près de 1900 personnes à prendre soin des personnes âgées dans les 32 Ehpad de la Croix-Rouge française.Clichés est un podcast co-produit par La Croix-Rouge française et Louie Media. Il est présenté par Sophie Bacquer. Nicolas Vair a fait la réalisation et le mixage de cet épisode. Marine Quéméré en a composé la musique. Si vous êtes étudiant. e, salarié. e ou bénévole à La Croix Rouge française et que vous voulez raconter votre histoire autour de votre engagement, n’hésitez pas à nous envoyer un mail à [email protected] See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    ...plus
  • 13.07.2020
    33 MB
    13:50
    Cover

    Thibaut Jamin, bénévole en première ligne

    Lorsqu’une catastrophe survient, certains ressentent de la tristesse, de l’incompréhension ou de l’empathie. Pour d’autres, c’est un mélange bouillonnant d’émotions qui enclenche chez eux une volonté d’agir. Mais par où commencer? Démuni.e.s par leur manque d’expérience, plusieurs se sentent inutiles face à leur incapacité à secourir les victimes. C’est justement ce sentiment qu’a vécu Thibaut Jamin lors des attentats de 2015 à Paris et qui l’a poussé à s’engager auprès de la Croix-Rouge française: « Je me suis senti particulièrement touché du fait de mon métier, parce qu’il s’est passé des choses dans les salles de concert et moi à l’époque j’étais régisseur dans les salles de spectacles aussi. Ça a été le moment pour moi un peu de me poser les questions sur ce que j’avais envie de faire de plus que mon métier et peut-être que je pouvais apporter mon aide dans certains domaines ». (2’03) Pour combler son sentiment de frustration et de colère, il décide, à ce moment-là de suivre une formation de premiers soins. Depuis maintenant trois ans, d’incendies en accidents, Thibaut Jamin accompagne les troupes médicales en arborant son manteau rouge et blanc, symbole de la Croix-Rouge française. Cet équipier secouriste - qui porte secours aux personnes blessées - est aussi responsable des missions de secours à l’unité locale du 9e arrondissement de Paris. Pendant le Covid-19, il n'a pas hésité une seconde à continuer de s’engager, et à aider. « Le jour où j’ai appris le confinement, j’ai voulu tout de suite référencer tout ce que je pouvais référencer, me préparer. J’ai relavé mon uniforme, j’étais prêt à partir tout de suite, mais c’est pas le bon réflexe, c’est pas comme ça que ça se passe, il faut que ça s’organise (…) sinon on risque de créer un suraccident, c’est-à-dire envoyer des bénévoles sans consignes suffisamment précises, et potentiellement créer encore plus de victimes ». (6’24) Le weekend du 4 et 5 avril, Thibaut Jamin a participé à une opération assez inédite. Appelée « Chardon 7 », cette mission avait pour but de déplacer des victimes stables du Covid-19 dans un train médicalisé depuis Paris vers la Bretagne. « Le principe, c’est de mettre des patients en réanimation dans des trains, et de les emmener dans des hôpitaux de France, qui sont moins touchés par le Covid-19. C’est une activité qui avait été pensée suite aux attentats de 2015 pour évacuer un grand nombre de victimes dans des hôpitaux qui auraient des places disponibles […] Quand le train part, mon rôle comme les autres secouristes, c’était de faire le lien entre le rez-de-chaussée qui était devenu un hôpital de réanimation complet avec des médecins, du matériel de réanimation (…) et puis les étages du train qui étaient des zones de vie avec des pharmacies complètes comme dans un hôpital, avec des points logistiques, des réserves d’oxygène, des batteries de secours ». (8’20) Aujourd’hui, il.elle.s sont près de 9 000 intervenants secouristes auprès de la Croix-Rouge française à partager cette même vocation et à venir quotidiennement en aide aux personnes touchées par des catastrophes. Clichés est podcast co-produit par La Croix-Rouge française et Louie Media. Il est présenté par Sophie Bacquer. Nicolas Vair a fait la réalisation et le mixage de cet épisode. Marine Quéméré en a composé la musique. Si vous êtes étudiant.e, salarié.e ou bénévole à La Croix-Rouge française et que vous voulez raconter votre histoire autour de votre engagement, n’hésitez pas à nous envoyer un mail à... See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    ...plus
  • 13.07.2020
    44 MB
    18:33
    Cover

    Sabrina Albayrak, protectrice des libertés

    En 2060, quel âge aurez-vous ? À 80, 90 ou 100 ans, dans quelles conditions de vie aimeriez-vous finir votre existence ? Ferez-vous partie de ces un Français sur trois qui auront plus de 60 ans ? Sabrina Albayrak, elle, a commencé sa vie dans une maison de retraite : « À un moment donné de notre vie on a dû partir de chez nous et on a été relogés dans un appartement de fonction qui était au-dessus de la maison de retraite où travaillait ma mère qui est aide-soignante auprès des personnes âgées. Du coup, le fait de vivre au-dessus de cette maison de retraite, ça veut dire que j’étais presque en permanence – quand je n’étais pas à l’école – dans l’établissement, avec les personnes âgées, avec les professionnels, avec les familles qui y étaient. » (2’13). À six ou sept ans, à peine savait-elle lire et écrire qu’elle observait déjà le quotidien des personnes âgées: « J’y ai vu des choses incroyables! J’ai vu des couples se former, j’ai vu des fêtes extraordinaires sur plein de thèmes. J’ai vu des personnes âgées danser, chanter, être très heureuses. » (2’51) Mais elle y a également découvert l’envers du décor: « Quand on est une personne extérieure et qu’on vient étudier des phénomènes comme la maltraitance, les inégalités, le non-respect des libertés. Eh bien, ce sont des choses qu’on ne peut pas voir. Il faut vraiment faire partie d’une structure pour comprendre toutes ces choses. » (5’09)Elle a vu la maltraitance vécue par les résidents : « Ce que je me suis demandé à ce moment-là c’est pourquoi on pouvait autant se permettre de faire de l’ingérence dans la vie d’une personne âgée. Est-ce qu’une personne âgée a moins de capacités à prendre des décisions? Est-ce qu’à un moment donné il y a un âge qui fait qu’on n’est plus considérés comme un être à part entière ? Eh bah la réponse je l’avais déjà! C’était non. » (6’21) C’est à partir de là qu’elle a eu le déclic de se dire qu’elle voulait travailler à améliorer la vie des résidents et des soignant.e.s qui eux.elles aussi subissent beaucoup de mauvais traitements. Depuis la primaire, elle n’a rien lâché ! Ses études, ses petits boulots : tout a été centré pour atteindre ce but. En 2016, elle reprend même ses études pour écrire une thèse qui l’a notamment conduite à une conclusion : « Le facteur le plus protecteur d’une qualité de vie dite positive pour les personnes âgées c’est le respect des libertés. C’est pas le nombre de visite qu’elle va recevoir par semaine. C’est pas son état de santé. C’est pas ses troubles de la mémoire. Mais c’est bien cette notion de liberté. »(8’35)Aujourd’hui, elle est docteure en santé publique, sociologue du vieillissement et directrice de la start-up Arbitryum qui accompagne les Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) à mesurer et à améliorer la qualité de vie des soignant.e.s et des résident.e.s. Cette création de start-up a notamment été rendue possible par 21, l’accélérateur d’innovation sociale de La Croix-Rouge française. Un partenariat qui lui a également permis de créer, pendant la crise du Covid-19, Entraide, une plateforme gratuite qui permet aux soignant.e.s d’un côté et aux accompagnant.e.s de l’autre, d’échanger chacun.e entre eux.elles pendant la crise sanitaire. Sabrina Albayrak n’est pas représentative de la première image que l’on se fait d’une personne qui aide. Et pourtant, elle travaille à améliorer les conditions de vie de l’ensemble des personnes âgées à l’échelle de toute la France. Clichés est podcast co-produit... See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    ...plus
  • 13.07.2020
    42 MB
    17:47
    Cover

    Charles-Olivier, “l’avocat des causes perdues”

    Le projet Clichés est né d’une envie. Celle d’une salariée de la Croix-Rouge française – Sophie Bacquer – qui désirait montrer les visages des salarié.e.s, des bénévoles et des étudiant.e.s de cette association. Loin de l’image stéréotypée du héros ou de l’héroïne, elle veut mettre à l’honneur toutes ces personnes « de tous les jours » qui s'investissent, depuis des années, dans le social ou, plus récemment, pour aller sur le terrain pendant la crise du Covid-19. Ces dernières semaines, nous avons voulu nous engager à ses côtés pour faire entendre les voix, souvent discrètes, de ceux et de celles qui portent avec force la Croix-Rouge et renforcent le tissus social français.La première voix de ce podcast est celle de Charles-Olivier Guido. À 52 ans, il est en reconversion pour devenir auxiliaire de vie ou, dans le jargon de la Croix-Rouge française, assistant de vie aux familles: « je me suis dit “c’est un beau métier”. On est au contact avec les gens. On rentre dans leur intimité. [...] Et, de là, je suis allé à une réunion d’informations qui était organisée par Pôle emploi sur Bordeaux avec La Croix-Rouge française et je me suis dit “oui, c’est ce que je veux faire” » (9’48). Depuis plus de trente ans, Charles-Olivier Guido travaille dans le social. Une vocation qui a emergé quand il n’avait que douze ans: il a été le témoin indirect du suicide d’un élève de sa classe. « Ce jour-là, j’ai vraiment eu le déclic. Je me suis dit, j’ai dit à mes parents, j’ai dit à mes grands-parents, j’ai dit à tout le monde: “plus tard j’aiderai les personnes qui ont des problèmes.” » (4’03). Depuis, malgré la difficulté et la précarité de ses missions, il travaille pour les autres et est devenu médiateur en langue des signes.Pendant la crise du Covid-19, il lui était impensable de rester chez lui, sans aider les personnes qui en avaient besoin : « On est un peu le lien vers l’extérieur. Et ça aussi il faut y penser parce qu’il y a des personnes qui se sont retrouvées du jour au lendemain complètement isolées » (12’16). Parmi les bénéficiaires qu’il accompagne, il y a un homme sourd qu’il voit tous les lundis, et qui, sans l’aide de Charles-Olivier Guido serait encore plus seul et désinformé : « Le gros problèmes c’est que les informations à part le matin sur une chaîne où c’est signé: le journal de 13h et de 20h malheureusement n’est pas signé. Donc c’est un peu difficile pour lui de comprendre. Et c’est un monsieur qui n’a pas Internet du tout, qui n’a pas d’ordinateur donc il ne peut même pas aller sur Internet pour s’informer » (14’12).Derrière les médecins, les infirmier.e.s, les caissier.e.s, il y a donc également tou.te.s les hommes et les femmes, salarié.e.s, bénévoles ou étudiant.e.s qui sont présent.e.s pour aider celles et ceux dans le besoin qui ne sont pas malades du Covid-19.Clichés est podcast co-produit par La Croix-Rouge française et Louie Media. Il est présenté par Sophie Bacquer. Nicolas Vair a fait la réalisation et le mixage de cet épisode. Marine Quéméré en a composé la musique. See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    ...plus
  • 13.07.2020
    575 MB
    00:31
    Cover

    Clichés : un nouveau podcast qui raconte l'engagement

    À partir de début mai, alors que la France est en plein confinement, La Croix-Rouge française et Louie Media lancent un podcast pour faire entendre les voix des bénévoles, des étudiant.e.s, des salarié.e.s de la Croix Rouge qui s'engagent pour aider les autres. See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    ...plus